Patrimoine de l'humanité

« Dieu regarda la terre : elle n'avait pas l'air affable...
Comme si elle allait se fâcher contre son créateur !
… Alors, pour qu'elle ne s'offense pas, il lui jeta, non pas je ne sais quoi à fouler aux pieds,
mais la coupe même avec laquelle il mesurait ses munificences, l'étendue de ses bienfaits.
La coupe tomba sur la terre et ce fut le Baïkal.»

Cette légende, évoquée dans «Baïkal. Mer sacrée» , anticipe, en quelque sorte, la décision de l'UNESCO, en 1996, d'inscrire le Baïkal au Patrimoine de l'humanité comme «l'exemple le plus exceptionnel d'écosystème d'eau douce».

Exceptionnel, le Baïkal l'est effectivement : c'est le lac de tous les records :

le plus profond du monde
1 637 m ! Il devance le Tanganyika (1 470) et laisse loin derrière le Léman, qui, avec ses 310m, est le plus profond lac naturel d'Europe.

le plus volumineux du monde
Le Baïkal contient 23 000 km3 soit le 1/5 de l'eau douce non gelée de la planète, plus que le volume de la Mer Baltique. Ce record s'explique par sa profondeur et par ses dimensions : 636 km de longueur, près de 80 km de largeur !

le plus vieux du monde
Les grands lacs alpins, d'origine glaciaire, se sont formés au moment du retrait des glaciers, voici 15 000 ans. Le Baïkal est né il y a 25 millions d'années !
Son origine n'est pas glaciaire, mais tectonique. Cela signifie qu'il s'est installé au fond d'un gigantesque fossé, résultat d'une fracture majeure de l'écorce terrestre. Et ce fossé, le rift du Baïkal, ne cesse de s'élargir et de s'approfondir, au rythme d'1 à 2 cm par an. A l'échelle du temps géologique, c'est un océan qui est en train de se former au coeur de l'Asie ...

le plus riche en espèces endémiques
Cela s'explique par son ancienneté : les espèces ont développé des caractères spécifiques.
Aujourd'hui on y dénombre plus de 1 000 espèces endémiques végétales et près de 2 500 animales…
Une des plus curieuses est la golomianka, le « poisson nu », ainsi appelé parce qu'il n'a pas d'écailles, qui donne naissance, non à des ?ufs, mais à des larves. La plus célèbre est la nierpa, le phoque du Baïkal. Il se distingue de celui de l'Océan arctique par ses griffes plus acérées – parce que la glace d'eau douce est plus dure.

une banquise pendant quatre mois
Au sud de la Sibérie, le Baïkal ne dépasse pas la latitude d'Edimbourg. C'est sa situation au coeur de l'Asie qui explique la rigueur de l'hiver et la formation d'une épaisse banquise.
L'épaisseur de la glace varie de 70 cm au sud à 1,20 m au nord. Sa surface n'est pas uniforme mais voit alterner de vastes espaces de glace nue parfaitement transparente, balayés par les vents, des étendues enneigées, de longues crevasses et des barrières de glace, formées par les l'écartement ou le choc des plaques de glace, mues par les courants de convection qui agitent la masse d'eau.

le plus limpide du monde
Sa transparence, mesurée avec le disque de Secchi (disque d'une vingtaine de centimètres, partagé en quarts noirs et blancs) est de 42 m. Une usine de cellulose, installée au milieu des années 1960 sur la rive sud, a pollué, malgré d'importantes installations de traitement, une zone de 170 km2 – soit 0,51 % de la superficie du lac. Elle a été fermée en décembre 2013 et le site est en cours de réhabilitation. L'eau du Baïkal est si pure, sur la quasi totalité de sa surface, qu'elle est exploitée et commercialisée.